Femme qui lance son projet

Dans la vie, on a parfois envie de changement, de lancer son projet ou side project. Mais cette envie peut être en conflit avec une autre réalité : celle du confort, de la sécurité financière.

Si tu fais partie de celles qui n’ont pas envie de vivre dans l’inconfort de l’insécurité financière, il existe des solutions pour assurer tes revenus et lancer ton projet. Tu peux, par exemple, négocier une rupture conventionnelle pour ouvrir des droits au chômage. Ou encore demander à ton entreprise actuelle de financer ta reconversion professionnelle.

Aujourd’hui, j’ai surtout envie de te parler de 3 manières différentes et novatrices pour lancer ton projet sans tout lâche

 

Lancer un side project

 

Pour retrouver le chemin de l’épanouissement, beaucoup de personnes prennent le parti de développer un side project. En lien ou non avec leur métier.

En effet, un side project est une activité que tu exerces le soir ou le week-end, en plus de ton job à temps plein. C’est l’occasion de t’épanouir dans un autre domaine que celui dans lequel tu évolues professionnellement. Le side project peut être aussi un excellent moyen de tester une idée de business que tu as en tête. Sans toutefois te lancer complètement ! 

Pour lancer un side project, le critère numéro un est d’organiser ton emploi du temps pour pouvoir t’y consacrer.  Et ne pas procrastiner ! Pour respecter ton équilibre vie professionnelle et vie personnelle (incluant un side project), je te conseille de faire reposer celui-ci sur 3 critères :

  • Le plaisir. Pour ne pas vivre ton side project comme une contrainte supplémentaire, la notion de plaisir doit centrale. Ton side project doit répondre à un besoin, à des valeurs. 
  • Le développement de tes compétences ou l’expression de tes talents. Ton side project doit fonctionner comme un exhausteur de tes qualités ou te pousser à te perfectionner dans un domaine qui t’intéresse particulièrement.
  • L’opportunité. Ton side project doit avoir un objectif, un sens. Et c’est ça qui te permettra de créer de vraies opportunités.

S’il est important de développer un side project sans pression financière, sans pression de la réussite. Il est tout de même important de faire entrer ton side project dans une perspective de monétisation. À terme, le but est de pouvoir dégager une rémunération, que tu te lances à temps plein ou non dans ton side project. En effet, un side project n’est pas un simple loisir ; il est important de te fixer des objectifs clairs, définis dans le temps. Cela te permettra de rester motivée et d’organiser au mieux ton temps. Et c’est valable quelle que soit l’activité que tu souhaites développer : un blog, un podcast, une chaîne youtube

 

 

Demander un temps partiel

 

Une autre solution pour trouver un équilibre entre ta vie professionnelle et ta vie personnelle est de négocier un temps partiel. 

En effet, passer à temps partiel ou à 80% te permet d’avoir du temps libre pour développer une autre activité qui te tient à cœur : t’engager dans une association, prendre le temps de travailler sur ton projet business etc.

Si tu as pour projet de lancer ton business, travailler à temps partiel est une véritable aubaine. Pourquoi ? 

  • Tu vas pouvoir concrétiser ton projet futur sans toutefois être confrontée à l’insécurité financière. Cet aménagement de ton emploi du temps te permettra de tester tes idées, de donner du temps et toutes ses chances à ton projet. 
  • En cas d’échec de ton projet professionnel, tu seras toujours à même de réintégrer ton entreprise à temps plein.

Ton éligibilité au temps partiel est définie par ton ancienneté, en fonction des conditions fixées par les accords d’entreprise. A défaut d’une convention collective, l’ancienneté minimum à respecter est de 24 mois dans l’entreprise. De la même manière, la durée de ton temps partiel sera définie par la convention collective. En l’absence de convention collective, la durée maximale d’un temps partiel est d’un an, prolongé d’un an maximum. 

Si tu n’as pas de projet de business, ton 80% peut être utilisé pour un side project ou pour toute autre activité qui te procure du plaisir et du bien-être. Dans les pays nordiques, travailler à 80% est totalement normal. Les employeurs ont bien compris qu’à terme, l’épanouissement personnel de leurs employés était beaucoup plus bénéfique pour l’entreprise qu’un présentéisme à tout prix. 

 

 

Devenir slasheuse

 

Depuis quelque temps, devenir slasheuse a le vent en poupe. Si tu fais partie de celles qui n’ont jamais entendu ce terme, être slasheuse c’est exercer plusieurs activités professionnelles. On utilise le terme de slasheuse en référence au signe typographique “/” utilisé pour présenter ces différentes activités. 

Être slasheuse peut être une réelle opportunité : l’idée est de combiner un emploi fixe (à temps partiel ou non) à un statut d’auto-entrepreneur ou à un autre emploi. Par exemple, tu pourrais être responsable marketing le jour et professeure de dessin le soir et le week-end. 

Là encore, si tu as pour projet de développer ton business, devenir slasheuse peut s’avérer très utile. En effet, en France, on peut tout à fait créer une auto-entreprise et garder son emploi fixe et salarié. Rien n’empêche de combiner les deux et c’est une excellente nouvelle ! Tu pourras donc :

  • Tester ton idée de business et le marché potentiel de ton activité
  • Commencer à développer ton activité et ton réseau tout en ayant un complément de revenu.

J’adore le concept de slasheuse car il permet de multiplier les expériences professionnelles et de donner corps à tout ce que tu aimes faire. Et ça, c’est tellement enrichissant ! Je fais partie de celles qui ont envie de saisir toutes les opportunités, de ne me fermer aucune porte ! 

En revanche, être slasheuse suppose une grande flexibilité et une grande organisation : ne te lance pas dans cette aventure si tu n’es pas prête à travailler le soir ou le week-end ou si tu manques d’organisation. En effet, les slasheuses sont très dynamiques professionnellement mais sont aussi des pros de l’organisation ce qui leur permet de timer leurs différentes activités et de réussir à jongler entre leurs différents impératifs

.

Alors, prête à lancer ton side project ?

 

J’espère que ces différentes solutions t’auront aidée à y voir plus clair et à trouver des solutions pour lancer ton projet sereinement. Je t’invite aussi à lire mon article “ 4 étapes avant de lancer ton projet” pour t’aider dans la définition de ta nouvelle vie professionnelle ! 

 

–> Pour plus d’inspiration : je te recommande d’écouter l’épisode 51 du podcast avec Inès Duhard, entrepreneuse slow life aux projets multiples!